top of page

exposition
en cours

Petites victoires et grandes défaites
Muriel Toulemonde

Dans le cadre du Printemps de l'art contemporain 2024

de l'Olympiade culturelle

et de la Nuit des musées 2024

du 18 mai au 5 juillet 2024

Vernissage le 18 mai à 18h30

En liberté

à l'Espace Gagarine

du 20 au 27 juin

Vernissage le 20 juin à partir de 16h30

actualités

Vernissage de "En liberté"

Exposition des élèves de l'école d'arts et travaux des scolaires des écoles de la ville

Jeudi 20 juin à l'Espace Gagarine
16h30 - inauguration des travaux réalisés dans le cadre des dispositifs "La Joconde est dans l'atelier" auprès des écoles de la ville et "Art en crèche", dans le cadre de la Cité Educative
18h - performance des élèves de l’école d’art, en collaboration avec l’artiste Bettina Blanc Panther
18h30 - vernissage officiel de l’exposition

Inscriptions à l'école d'art 2024-2025

à partir du lundi 24 juin

Tarifs et formulaire d'inscriptions en cliquant ici

Renseignements au 04 42 40 65 19 ou centr.arts@portdebouc.Fr

Stage de sculpture sur pierre

avec Laurent Beaumont

du 1er au 5 juillet

80€, réservation au 04 42 40 65 19

infos pratiques

 Lundi - Vendredi 
 9h00 - 12h00 
 14h00 - 17h30 

Sauf jours fériés

Ouverture après 17h30 sur rendez-vous

Entrée gratuite

Centre d'arts Fernand Léger
Château Saint Gobain
1 avenue du Général De Gaulle
13110 Port de Bouc

04.42.40.65.19

centre.arts@portdebouc.fr

Le mot du Maire

Une année populaire, artistique et numérique

Après une année placée sous le signe de la célébration où nous avons pu partager et découvrir toutes ses richesses, le centre d’arts Fernand Léger entame sa onzième année d’existence dans une grande perspective d’évolution.


L’un des projets culturels phare, que nous nous étions engagés à porter avec mon équipe municipale dès le début de notre mandat, n’est autre que la création du musée numérique Micro-folies.
Ce dernier s’apprête à être construit dans l’enceinte du centre d’arts à l’horizon 2024. Le musée numérique, en permettant de découvrir une large palette d’oeuvres présentes dans les plus grands musées nationaux, viendra renforcer notre engagement envers les habitant·e·s de Port de Bouc : faire de l’accès à la culture et à l’art un droit indépendant de notre situation sociale, géographique ou financière. Il s’agira d’un nouvel espace, d’une prolonga-tion moderne, familiale et agréable, qui alimentera nos réflexions collectives et permettra l’organisation de magnifiques expositions et événements organisés d’une main de maître par les équipes du centre d’arts.


Ce nouvel élan que nous souhaitons donner au centre d’arts Fernand Léger entre dans une dynamique globale que nous impulsons sur la commune pour que Port de Bouc évolue et continue à aller de l’avant. Avec le musée des Micro-folies, je suis sûr que nous parviendrons à franchir un nouveau cap dans l’éducation artistique, dans la découverte de l’art, dans l’épanouissement culturel et l’intelligence collective.


Laurent Belsola, Maire de Port de Bouc

thématique 2023-2024

Performances. Art et sport en interface

Le double contexte des Jeux Olympiques 2024 et de Port de Bouc devenue ville européenne du sport en 2020 est cette année prétexte à l’exploration du lien entre l’art et le sport dans une approche mettant en valeur la notion de performance. Se définissant comme un accomplissement, le résultat d’un effort, cette dernière est à la fois le symbole du dépassement de soi dans le milieu sportif, et une forme artistique contemporaine qui fait œuvre et peut se caractériser par l’immédiateté de sa réalisation mais plus largement son protocole de conception jouant avec le temps et la condition physique de son auteur. Evoquer l’art et le sport revient aussi bien à s’intéresser à une histoire de l’art ayant fait la part belle aux représentations athlétiques dont les canons remontent à l’Antiquité jusqu’aux travaux de Pablo Picasso, Nicolas de Staël ou encore Nikki de Saint Phalle, à des allégories des valeurs du sport comme chez Laurent Perbos ou Thomas Wattebled, qu’à la question du geste comme mode d’expression plastique par l’emprunt à des codes jouant sur les concepts d’entrainements patients ou au contraire d’exploits fulgurants. Des artistes comme Yves Klein, Jackson Pollock ou plus près de nous, Abraham Poincheval en sont des exemples prégnants.

 

Tout au long de la saison, temps forts, résidences, expositions et cours se mettront au diapason de cette thématique bien souvent dissociée dans l’imaginaire collectif et pourtant si fédératrice autour de la dynamique d’éducation populaire qu’elle véhicule.

bottom of page