Les Lundis de l'art

 

 

Les lundis de l’art

 

Le cycle les « lundis de l’art » propose, avec une rencontre par mois, une programmation complète de septembre à juin d’interventions sur l’histoire de l’art, en adéquation avec le programme des enseignements Beaux-Arts de l’année.

Les intervenants sélectionnés ont des profils professionnels variés afin de délivrer des approches diverses et de qualité : conservateurs du patrimoine, professeur de faculté ou d’école des Beaux-Arts, conférenciers professionnels, restaurateurs…etc.

Elles sont en accès libre, à destination des élèves de l’école et des extérieurs.

Horaires : toutes les conférences démarrent à 18h

 

Programme 2019/2020

 

 

30 septembre 2019 à 18h,  Claire Chefdeville (plasticienne, auteure d’un mémoire de recherche sur l’empreinte)

Le processus de création de l’artiste, une aventure entre raison et serendipité
Le processus de création plastique est un chemin, dans lequel l’artiste s’engage sans connaitre à l’avance la destination finale. Suivons cette aventure faite de rationnel, de hasard ou de serendipité, autour de travaux contemporains liés au processus de l’empreinte.

14 octobre 2019 à 18h, Pascal Navarro (Artiste-Plasticien, Maître de Conférence)

Le dessin dans son champ élargi
Le dessin occupe une place centrale dans l’art actuel. Il existe aujourd'hui de manière autonome, mais cette autonomie est paradoxale, parce qu'elle est corrélée à une association du dessin aux autres champs de l'art contemporain. Découvrons ces relations avec les pratiques de la photographie, sculpture, danse, vidéo, etc...

25 novembre 2019 à 18h, Elsa Cau (Historienne de l’art)

Introduction au style Troubadour
Curiosité artistique du XIXème siècle mêlant art décoratif, peinture, dessin, sculpture, architecture…etc le style troubadour est un initiateur de rêveries romantiques et historicistes dans un grand moment de redécouverte du Moyen-Age et de la Renaissance.


 

16 Décembre 2019 à 18h, Dunja Resanovic (Historienne de l’art)

Le harem: un fantasme dans la peinture orientaliste
Les peintres orientalistes ont inscrit leurs imaginaires dans différents lieux de l’Orient et notamment le harem, un espace caché au regard masculin, suscitant fascination et fantasme. Le harem est associé à une forme d’obsession occidentale au message politique fort. Qu’en pensent les peintres venant de l’Orient lui-même ?


 

27 janvier 2020 à 18h, Frédéric Valabrègue (écrivain, critique d’art et professeur retraité des Beaux-Arts de Marseille)

Bas Jan Ader : perdu corps et biens.
Quand le destin de l'artiste et de l'explorateur se confondent…


 

24 février 2020 à 18h, Daniel Clauzier (artiste-plasticien et historien de l’art)

Des instants décisifs
Exploration des évolutions photographiques du XIXème siècle à nos jours autour de la notion « d’instant décisif » théorisée par Henri Cartier Bresson qui fut par la suite dévoyée par photographes et artistes utilisant des photos en succession ou des séries narratives, héritées de l'histoire de la peinture...


 

16 mars 2020 à 18h, Barbara Satre (docteur en histoire de l’art, co-directrice de la galerie Béa-Ba)

La performance, une histoire d’aventures
La performance ne se cantonne pas au body art, elle peut aussi être une prise de risque et se transformer en une véritable aventure.

 

6 avril 2020 à 18h, Vincent Bonnet (artiste-photographie, éditeur et enseignant)

« La photographie, elle-même… »
Découverte de l’aventure photographique comme expérimentation ou enquête. Analyse approfondie d’œuvres de références (de Douglas Huebler, Ugo Mulas, Jean-Luc Moulène, Roland Barthes, Nicéphore Niépce, Man Ray, Henri Rousseau…etc)   pour en savoir plus sur la photographie elle-même et son lien aux sciences, philosophies…etc.


 

25 mai 2020 à 18h, Bruno Ely (Conservateur en chef du Musée Granet, Aix-en-Provence)

" Cézanne à la croisée des chemins"
Tout au long de son œuvre, Paul Cézanne décline sur le thème du paysage des représentations de routes et de chemins. En allant sur le motif, le peintre ne s'éloigne jamais des routes et des chemins qu'il arpente le plus souvent à pied. Quelle importance peut-on accorder à ce motif de la route tournante ou de la croisée des chemins?